Dakota Jenkins

Lorem ipsum dolor sit amet enim. Etiam ullamcorper. Suspendisse a pellentesque dui, non felis. Maecenas malesuada elit.

Les secteurs sociaux, médico-sociaux, sanitaires mais aussi les secteurs de l’éducation, de la formation et du monde de l’entreprise font de plus en plus appel à des intervenants extérieurs pour mettre en place un temps « d’analyse de la pratique ». Mais de quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que l’analyse de la pratique ? Quels sont ses modalités, ses objectifs, ses méthodes, ses participants et son temps de manœuvre ?

 

L’analyse de la pratique est un espace et un temps dédié à un groupe de professionnels accompagnant un public commun. Ce travail d’analyse invite ses participants à exprimer leurs expériences professionnelles de terrain qui rencontrent des obstacles, des questionnements, des nouages mais aussi des ratages, des souffrances et des incompréhensions. En effet, le groupe engagé dans l’analyse de sa pratique entreprend un travail de réflexion et de créativité sur une problématique repérée en amont, concernant le plus souvent : le public accompagné / l’institution / un projet / ou l’équipe elle-même. 

L’analyse de la pratique permet donc d’énoncer et de préciser des problèmes rencontrés, mais elle privilégie davantage son attention sur l’organisation et la structuration du fonctionnement qui entretiennent les difficultés présentes. Par ses deux outils fondamentaux qui sont : l’écoute et la parole, l’analyse de la pratique permet aux échanges du groupe d’éclairer et de dévoiler ce qui est opaque. Par ce cheminement qui requière du temps, du désir, du respect et de la cohérence, des nouvelles perspectives d’actions émergent, et, chaque participant enrichit son savoir-faire et son savoir-être pour l’exercice de sa fonction.

 

Conjointement, l’intervenant en s’appuyant sur la parole et les échanges du groupe, ne cherche pas à dégager lui-même des solutions où à imposer une nouvelle organisation. Il n’est pas celui qui détient la réponse à la problématique en jeu, mais il est celui qui permet aux participants de déchiffrer et de manœuvrer autrement la dynamique symptomatique. En effet, sa formation et son expérience, lui permettent d’entendre et de faire entendre ce qui ne s’entend pas. En d’autres termes, il impulse un certain « pas-de-côté » et l’émergence d’un savoir autre.

 

L’analyse de la pratique est un lieu de créativité, de prise de recul et un atout majeur pour sa pratique.

 

frise ok